YOORID.COM

David Tremlett, architecte de lumière Les vitraux contemporains de Villenauxe-la-Grande #oumma #musulman #Muslum Shop

R2-OB5G-HB0L

Prix régulier €20.99
2 en stock

Patrie des somptueux vitraux, la Champagne-Ardenne recèle de véritables trésors. La petite, mais non moins monumentale église de Villenauxe-la-Grande, classée au titre des Monuments historiques, possède une histoire extraordinaire. Elle est détruite à plusieurs reprises, notamment par un bombardement au cours de l'année 1940 qui souffle la totalité de ses vitraux.
C'est grâce au testament d'un habitant de la commune que débute l'aventure des vitraux contemporains aujourd'hui visibles à Villenauxe. Cette réalisation exceptionnelle, la plus importante dans le domaine du vitrail contemporain depuis vingt ans en France, sera l'oeuvre commune de David Tremlett associé à l'atelier de vitrail Simon Marq.

Plusieurs spécialistes se penchent sur ce projet, et textes historiques, note d'intention de l'artiste, approche esthétique sont complétées par une interview exclusive de David Tremlett, pour plonger au coeur de l'oeuvre.
Les splendides photographies associées aux croquis préalables à la réalisation des baies éclairent le propos, emportant le lecteur dans le tourbillon de couleurs et de lumières de ce lieu unique.

«Mon premier sentiment en entrant dans l'église de Villenauxe-la-Grande, fut de «voir» la lumière. Compagne de chaque jour, nous avons rarement l'impression de la voir, d'en être les regardeurs. Elle était plus vive à l'extérieur mais ici devenait lumière. Elle s'incarnait et formait un milieu, une matière labile et changeante que l'on pénétrait et traversait. Je la vis avant de voir les vitraux ; elle emplissait l'espace. «Le vase donne une forme au vide, et la musique au silence» observait Braque. La lumière trouvait forme. Le deuxième sentiment fut de pénétrer un ensemble qui dans sa riche diversité faisait unité.» (François Barré)
«Villenauxe est une Histoire heureuse où la mort n'a pas le dernier mot... Les songes, le rêve, l'imaginaire et finalement l'espérance ont le dernier mot» (Marie-Catherine Masse)